jump to navigation

Apprendre de la débandade de Reactrix… novembre 20, 2008

Posted by Philippe Gauvin in gesturetek, interactif, interactive, marketing, moment factory, montreal, publicité, reactrix.
add a comment

Comme vous le savez probablement, Reactrix, fournisseur de technologies interactives d’affichage pwork08_reatrixlgnumérique, a de sérieux troubles financiers et l’entreprise est en vente.

Le blog de Real Digital Media fait une revue intéressante de ce qui s’est passé chez Reactrix.

Ils pointent d’abord 3 éléments de réussite de Reactrix :

  1. Avoir développé des applications interactives « très slick » permettant aux usagers d’interagir avec des publicités projetées.
  2. Avoir signé des annonceurs et des sites d’installations de premier rang.
  3. Avoir amassé une fortune en capital de risque. Certains estimés parlent d’une ronde de 45M$ ils y a 18 mois.

Ce qui allait moins bien, toujours selon RDM:

  1. L’installation des systèmes prend un espace considérable étant donné la composante de projection, limitant le nombre de sites possibles pour un déploiement.
  2. Le matériel et sa configuration est relativement complexe, augmentant les coûts d’un déploiement.
  3. Les coûts de production de contenu sont élevés.
  4. Leur revenus sont basés sur une utilisation exclusivement publicitaire de leur technologie, contrairement à leur compétiteur GestureTek qui a su offir le même type de technologie pour différents usages.
  5. Rectrix a brûlé une somme incroyable de liquidités en un temps record.

J’ajouterais pour ma part que malgré un facteur « wow » face à leurs applications, je doute que des passants interagissent plus d’une fois avec une installation. Tu l’essaie une fois, c’est cool et on passe à autre chose. Aucune raison d’y revenir. Il faut donner une raison aux passants d’utiliser le système, fournir une valeur à l’interaction.

De plus, la techno était en effet intéressante, mais le nombre de compagnies offrant la même chose quelques mois plus tard étaient à tout le moins élevé. Notons Moment Factory à Montréal qui utilise le même genre de système qu’ils ont eux-même développé.

La situation économique étant ce quel est, les entreprises qui passeront au travers sont celles qui s’assureront de modeler leur offre aux besoins de leurs clients et non d’enligner ces mêmes besoins avec les produits offerts ainsi que celles qui sauront dépenser où ça rapporte…

Publicités