jump to navigation

Affichage numérique dans le rapport Coup D’Oeil de NewAd août 18, 2009

Posted by Philippe Gauvin in advertising, affichage, affichage numérique Québec, digital signage, montreal, newad, placement publicitaire, publicité.
add a comment

NewAd vient tout juste de publier un rapport de recherche sur les bénéfices de l’utilisation de l’affichage intérieur. La majorité du rapport est dédié à l’affichage en général, mais il y a nénamoins quelques données intéressantes spécifiques à l’affichage numérique.

Chez les 18-34 ans

  • 86% disent que les panneaux numériques les incitent à regarder la pub (wow !)
    • 62% sont totalement en accord avec cet énoncé (vraiment !)
  • 69% affirment que c’est quelquechose dont il vont parler à leur amis (le bouche à oreille vaut de l’or, mais on peut s’attendre à ce que ce chiffre baisse rapidement avec la familiarisation à cette forme de pub)
  • 27% affirment que cette forme de publicité est irritante (ça aussi c’est pas mal. Par contre, j’ose croire que 1/5 ++ affirmerait que la pub en général est irritante donc sans comparer avec d’autres types de pub la réponse peut-être biaisée)

Une autre étude réalisé pour une campagne de NewAd autour du Rexall Edmonton Indy montre que

  • la vue du panneau numérique de la campagne chez ceux qui connaissent l’événement a augmenté le nombre de répondants affirmant probablement/définitivement assister à l’événement de 9%.

Ce dernier résultat est excellent, mais il aurait selon moi plus de valeur si on le comparait avec la réponse face à un panneau statique pour le même événement…

Le rapport contient beaucoup plus de données que ce que j’ai présenté et vaut le download…

Le rapport de NewAd est disponible ici.

À quand des écrans Litelogic sur les bus de Montréal ? juin 5, 2009

Posted by Philippe Gauvin in advertising, bus, LED, litelogic, london, publicité, uk.
add a comment

Litelogic, un fournisseur anglais de panneaux LED pour autobus et d’une plateforme (une autre) d’affichage numérique, a obtenu le contrat d’habiller d’écrans les autobus de Vancouver et  d’y distribuer le contenu, en temps pour les Jeux de 2010. La solution de Litelogic permettra à Lamar Advertising, le groupe s’occupant des espaces médias du système de transit de Vancouver, d’offrir aux annonceurs des placements pubs ciblés selon le moment et l’endroit.

En effet, une des particularités du système de LiteLogic est l’intégration de balise GPS dans leurs panneaux, permettant de image-21modifier les publicités selon l’environnement immédiat de l’autobus. Pour un autobus reliant la banlieue au centre-ville, le panneau peut donc en un premier temps présenter la pub d’un resto aux alentours de l’aéroport, une pub pour une galerie de Kitsilano lors du passage dans le quartier pour finir avec une publicité d’un salon de coiffure du centre-ville vers la fin du périple. Et ce sans avoir à tenter de synchroniser les publicités avec les temps d’arrivés estimés, sauvant énormément de travail aux opérateurs, mais offrant surtout un ciblage plus précis des publicités.

J’ai eu une démo de l’application l’an dernier, et je dois dire que c’est, malgré un nombre élevé de fonctionnalités, une des image-18interfaces les plus ergonomiques que j’ai vu pour un logiciel d’affichage numérique.

  • Intégration GPS (GPS Heatmap !)
  • Inventaire du réseau
  • Protection contre le sur-booking
  • Rapport de preuve de jeu
  • Ciblage par géo-location

Peut-on s’attendre à voir le même système à Montréal (avant de ravoir les Olympiques) ? On devrait d’abord suivre la réussite de ce projet.

Litelogic équipe déjà les bus de Londres, de Chicago et de New York ((un contrat énorme avec Titan).

Un premier LED à PierreFonds pour Astral Média mars 30, 2009

Posted by Philippe Gauvin in "panneaux extérieurs", affichage, astral, billboards, publicité, québec.
add a comment

6 semaines après le dévoilement au média de son plan d’affichage numérique extérieur, Astral inaugure le premier écran du réseau aux abords de l’autoroute 13 à Pierrefonds.

led, astral, affichage numérique

L’écran LED de 14′ par 48′  est opérationnel jour et nuit depuis samedi et présente les campagnes de General Motors, Fédération des producteurs de lait du Québec, BCBG Max Azria, Hershey, Sony, Piscines Trévi et Yoplait. D’ici le début de mai, le réseau devrait compter 10 écrans du genre.

En pleine récession, il est encourageant de voir ce type d’investissement en affichage numérique extérieur.

led, astral, affichage numérique

Plateformes de réservations et d’achats d’espace médias en en affichage numérique février 5, 2009

Posted by Philippe Gauvin in affichage numérique Québec, booking, broadsign, DOOH, placement publicitaire, planification, publicité.
add a comment

Le nombre de plateformes permettant de réserver et d’acheter du temps médias sur des réseaux d’affichage numérique a explosé durant les derniers mois. Le but principal étant de faciliter l’achat du média par les grands annonceurs et permettre des campagnes nationales.  arton30

Une des premières offres du genre est venu de SeeSaw Networks. Pour faciliter l’achat, Seesaw a des ententes avec une quarantaine (40) de réseaux et offre un seul point de contact pour réserver sur l’ensemble ou une partie de ses réseaux. L’offre représente 50 millions d’impressions (…) par semaine.

AdCentricity, offrant un service similaire à Seesaw depuis quelques années, a récemment lancé sa plateforme de réservation en ligne nommé AdVenue, représentant 80 réseaux et totalisant 200 000 écrans.

NeoAdvertising a lancé, presqu’à la même date, BookingDOOH, une plateforme qui permettra bientôt de réserver, acheter et mesurer sur l’ensemble des réseau de Neo, un total de 100 000 écrans et un auditoire hebdomadaire de 11 millions. Neo entend par la suite ouvrir cet plateforme à d’autres (…) réseaux.

Posterscope, un acheteur média cette fois, se targuant de contrôler 43% du marché out-of-home digital et non-digital en Grande-Bretagne, a aussi lancé un outil du même type.

Enfin AdSemble facilite la planification et l’achat sur un regroupement de 14 000 emplacements.

Du côté des fournisseurs de solutions, certains clients et partenaires de BroadSign testent présentement l’API de leur plateforme devant être lancé durant le premier trimestre de 2009. L’API donnera accès à un éventail de fonctions de la plateforme de BroadSign en web services (donc sans avoir recours à leur interface standard), dont les fonctions de gestions de clients, d’inventaire, de réservations, d’achats et de planification. BroadSign a certainement une des plateformes les mieux adaptés à la vente de publicité sur des réseaux d’affichage numérique et il sera intéressante de voir comment SeeSaw, Neo (dont la grande majorité des réseaux utilise la plateforme de BroadSign) et d’autres arriveront à automatiser la réservation, l’achat et la planification de média sur des réseaux BroadSign à l’aide de l’API BroadSign Open. Il est bon de noter que BroadSign représente à eux seuls environ 15 000 licenses réparties sur 120 réseaux.

Je prédis un avenir intéressant à ces différents outils de planification qui, si conçu en restant aussi agnostique que possible par rapport aux solutions gérant les réseaux, pourrait survivre au déclin possible de solutions de distribution conçues exclusivement pour l’affichage numérique (pensons Open Screen Project).

Les nouveaux écrans tactiles Samsung comme interface de distributrices de boissons gazeuses janvier 18, 2009

Posted by Philippe Gauvin in coke, interactif, interactive, interface, publicité, samsung.
add a comment

Je n’ai pas beaucoup d’info sur les nouveaux écrans tactiles de Samsung (je reviendrai avec plus d’info technique cette semaine et nous devrions avoir un écran à tester prochainement) mais ils ont profités du CES la semaine dernière pour présenter ces écrans comme interface pour des distributrices de boissons gazeuses de Coke. Les distributrices devraient être installés au courant de l’année dans les malls Simon aux ÉU.

L’interface semble très bien exécutée et attirera incontestablement les regards et les trente sous. On peut facilement imaginer les distributrices présentant des pubs de Coke lorsqu’aucun usager n’est à proximité, un bon branding étant donné la qualité de certaines pubs de Coca-cola.

On s’interroge plutôt sur sa survie dans des endroits publics non surveillés et sur la date à laquelle elle se présentera ici.

Entrevue avec Michael Terni de iGotcha Media novembre 28, 2008

Posted by Philippe Gauvin in "panneaux extérieurs", affichage numérique Québec, i-gotcha, interactif, interactive, interface, marketing, montreal, publicité, québec, vente au détail.
1 comment so far

Je crois que la population en général s’attend de plus en plus à jouer un rôle actif avec les technologies l’entourant et c’est pourquoi je m’intéresse particulièrement au côté interactif de l’affichage numérique, que ce soit pour des applications d’orientation, d’information, de support à la vente ou de « branding ».

J’avais bien aimé l’application interactive Koodo dans le métro et je suis donc allé rencontrer le trèsigotcha-interactive-bus-shelter sympathique Michael Terni de iGotcha pour lui parler de tout ça. Mon enregistreur MP3 a décidé de me faire défaut cette journée là, vous aurez donc droit à une libre retranscription de notre rencontre. [NDLR: Je dis n’importe quoi, j’ai pas de micro sur mon lecteur MP3.]

Qui est Michael Terni ?

Ingénieur mécanique de formation, j’ai démarré iGotcha avec Greg Adelstein en 2005 en déployant un réseau de WebPads, un service donnant accès à Internet gratuitement dans des lieux publics (café, restaurants) et supporté par la publicité.

Quel est le rôle de iGotcha dans la campagne Koodo interactive du métro ?

Nous sommes le fournisseur de technologie, donc toute l’intégration, la conception et le design des bornes ainsi que la gestion du réseau. metro-place-des-arts-lumiquais-user

Quel plateforme utilisée vous pour la gestion du contenu et du réseau ?

Nous avons notre propre solution de gestion. Je dois t’avouer que je n’ai pas encore été impressionné par les applications que j’ai vu et notre application est parfaitement adaptée à nos besoins. Nous avons 3 développeurs à temps plein et notre application roule sur Windows et Linux. Nous l’adaptons au besoin de nos clients, ce qui serait difficile, voire impossible avec une application commerciale. Nous supportons la version 10 de Flash, permettant aux annonceurs ou aux agences de ré-utiliser ou d’adapter du contenu déjà développé.

[NDLR: Le support de Flash 10 est pratiquement essentiel selon moi. Il est pratiquement impossible de justifier les coûts reliés à la re-création de contenu pour une version antérieure de Flash.]

Parlons des chiffres des kiosques Koodo …

  • Une moyenne de 94 sessions par kiosques par jour
  • Un temps moyen d’utilisation de 2 minutes 20 secondes
  • 3.7 heures d’utilisation en moyenne par kiosque par jour

On discute fréquemment des difficultés de mesurer l’audience en affichage numérique, qu’en est-il pour le côté interactif de l’ADN ?

De part sa nature même, l’interactif est évidemment beaucoup plus simple à mesurer. On peut y évaluer le nombre d’interactions, les contenus les plus populaires, la durée de l’interaction, et bien plus. L’information amassée peut par la suite être utilisée pour recontacter l’usager avec une offre ou une promotion ciblée si ce dernier a laissé des information de contact.

[NDLR: Je connaissais la réponse à ma question, je l’avoue.]

Par contre, j’entends régulièrement que les passants ne sont pas enclins à laisser leur information de contact dans un lieu public. Avez-vous des chiffres pouvant réfuter cette affirmation ?

Lors de notre projet pilote avec MétroMédia, 40% des utilisateurs ayant interagi ont laissé une adresse de courriel valide.

[NDLR: C’est énorme selon moi]

Voyez-vous beaucoup d’autres projet du genre dans les mois à venir ?

rbkcustom-kioskNous venons de terminer une installation non-interactive pour la boutique le Château du Centre Eaton de Toronto, nous avons créer une application interactive informant sur les dangers de la malbouffe à l’hôpital Ste-Justine, une pour un centre de congrès au Massachussets, des kiosques pour Reebok et [le reste de notre discussion est confidentiel pour l’instant ;-)].

Où y a-t-il le plus de potentiel pour des applications interactives selon vous ?

D’abord, dans la conversion de réseau d’affichage existant. Un réseau comme celui de MétroMédia a une valeur énorme et l’ajout d’une composante interactive ajoute rehausse encore la valeur de l’eplacement habituellement statique. Nous avons désigné notre kiosque pour qu’il prenne la place d’une affiche statique standard.

Ensuite, il y a énormément de valeur à pouvoir apporter une expérience web dans un magasin de vente au détail. Les vendeurs ne sont aps toujours des professionnels de la vente et sont souvent peu formés pour vendre certains produits. Une application interactive peut supporter les ventes, former les employés et même les remplacer pour renseigner un client lorsque tous les commis sont occupés. Et il est important de souligner que dans la majorité des cas, un client accompagné dans ses achats dépensera plus que son vis-à-vis laissé à lui-même.

Merci Michael et bonne chance à iGotcha

Apprendre de la débandade de Reactrix… novembre 20, 2008

Posted by Philippe Gauvin in gesturetek, interactif, interactive, marketing, moment factory, montreal, publicité, reactrix.
add a comment

Comme vous le savez probablement, Reactrix, fournisseur de technologies interactives d’affichage pwork08_reatrixlgnumérique, a de sérieux troubles financiers et l’entreprise est en vente.

Le blog de Real Digital Media fait une revue intéressante de ce qui s’est passé chez Reactrix.

Ils pointent d’abord 3 éléments de réussite de Reactrix :

  1. Avoir développé des applications interactives « très slick » permettant aux usagers d’interagir avec des publicités projetées.
  2. Avoir signé des annonceurs et des sites d’installations de premier rang.
  3. Avoir amassé une fortune en capital de risque. Certains estimés parlent d’une ronde de 45M$ ils y a 18 mois.

Ce qui allait moins bien, toujours selon RDM:

  1. L’installation des systèmes prend un espace considérable étant donné la composante de projection, limitant le nombre de sites possibles pour un déploiement.
  2. Le matériel et sa configuration est relativement complexe, augmentant les coûts d’un déploiement.
  3. Les coûts de production de contenu sont élevés.
  4. Leur revenus sont basés sur une utilisation exclusivement publicitaire de leur technologie, contrairement à leur compétiteur GestureTek qui a su offir le même type de technologie pour différents usages.
  5. Rectrix a brûlé une somme incroyable de liquidités en un temps record.

J’ajouterais pour ma part que malgré un facteur « wow » face à leurs applications, je doute que des passants interagissent plus d’une fois avec une installation. Tu l’essaie une fois, c’est cool et on passe à autre chose. Aucune raison d’y revenir. Il faut donner une raison aux passants d’utiliser le système, fournir une valeur à l’interaction.

De plus, la techno était en effet intéressante, mais le nombre de compagnies offrant la même chose quelques mois plus tard étaient à tout le moins élevé. Notons Moment Factory à Montréal qui utilise le même genre de système qu’ils ont eux-même développé.

La situation économique étant ce quel est, les entreprises qui passeront au travers sont celles qui s’assureront de modeler leur offre aux besoins de leurs clients et non d’enligner ces mêmes besoins avec les produits offerts ainsi que celles qui sauront dépenser où ça rapporte…

Des chiffres de CODA novembre 5, 2008

Posted by Philippe Gauvin in canada, mesure, publicité, standard.
add a comment

Coda, le Canadian Out-of-Home Digital Association’s a récemment publié  un nouveau Media Standardization Form, un modèle présentant les données essentiels caractérisant les réseaux d’AN.  Le but est de centraliser et de standardiser l’information disponible décrivant les réseaux de ses membres pour faciliter la tâche des planificateurs média lorsqu’ils doivent comparer la portée et l’étendue des différents réseaux d’affichage numérique publicitaires disponibles. L’OVAB a récemment publié un document de 40 pages adressant le même besoin.

Un document utilisant ce nouveau modèle a été rendu disponible et offre des chiffres intéressants sur plusieurs grands réseaux canadiens dont ceux de Captivate (17 092 200 visionnements par semaine), OBN (13 000 000 vues par semaine), One Stop TTC Subway (13 681 535visionnements par semaine) et Wall-Mart TV (10 000 000 visionnements par semaine). Je serais curieux de connaître les chiffres du réseau EK3 -Tim Hortons.

Le document est disponible ici.

Des nouveaux outils de planification et d’achats médiatique octobre 28, 2008

Posted by Philippe Gauvin in média, planification, publicité.
add a comment

Un nouvel outil web de planification d’achat de média dans les endroits de vente au détail a été lancé dernièrement en Europe. PlanMyMedia permet aux commerçants en vente au détail possédant des réseaux médiatiques d’affichage numérique et de radio en magasin, d’affichage statique et de listes de courriel d’offrir leur inventaire directement aux annonceurs.

Booking DOOH sera lancé très prochainement par NeoAdvertising et permettra aux opérateurs de réseaux d’afficher leur inventaire média et aux annonceurs de planifier et suivre des campagnes globales sur de multiples réseaux. Booking  DOOH semble entrer en compétition direct avec SeeSaw qui offre déjà  des services d’aggrégation de réseaux d’affichage numérique permettant de planifier des campagnes globales sans avoir à négocier avec de multiples opérateurs. Selon les informatiosn que j’ai obtenu, l’offre de Booking DOOH se veut global alors que Seesaw se limite au marché américain, mais surtout, Booking DOOH n’offrirait son service que sur des réseaux pouvant fournir des preuves de jeux, comme ceux de BroadSign, fournisseur de technologie principal de Neo. Leur stratégie de prix serait aussi très aggressive, laissant la plus grande part du gâteau aux opérateurs qui en ont bien besoin, ce qui n’est pas toujours le cas de leur compétiteurs.

BroadSign publiera d’ailleurs son API public dans les prochaines semaines, permettant à ces types de services de consulter l’inventaire des réseaux consentants, de planifier et d’acheter leur espace média directement. Un grand pas vers l’automatisation de ce type d’achat médiatique.

Pour continuer sur cette vague, DIgicom offrira le même type de services pour la Grande-Bretagne à partir de janvier 2009, faisant le pont entre les multiples réseaux indépendants de ce pays et les agences médiatiques. Notons que le chairman de Digicom est l’ancien CEO de CBS Outdoor, Tom Goddard, joint par Tim Butler, ex-CTO de CBS Outdoor et Ralph Ahern, ancien directeur commercial de Titan OutDoor. Bref, une grosse équipe.

Pour compléter le tour des services de planification et d’achat média en affichage numérique, notons l’entreprise candienne AdCentricity, se concentrant sur un service conseil personnalisé permettant à leur client de cibler les réseaux appropriés pour leur campagne, et Ad Semble, qui semble offir ce type de service à une échelle plus locale et avec un système d’enchères.

À un  autre niveau, Balihoo offre un outil web permettant la planification et l’achat de média sur de mutiples plateformes médiatiques.

Le contenu généré par les utilisateurs en affichage numérique octobre 8, 2008

Posted by Philippe Gauvin in marketing, publicité, ugc, web.
add a comment

L’affichage numérique se voit parfois comme une extension du web dans les endroits publics, mais les bons exemples restent peu nombreux.

Une campagne actuelle de Oxfam en est un. Elle propose aux internautes de faire le design de `l’ultime poster exprimant votre humanité’. Les 14 meilleures propositions seront présentés sur 8 écrans Prime Time de JC Decaux de 3 mètres de haut à Londres pour une période 24 heures chacune. Un moyen original et humain d’obtenir son 15 (ou 96 !) minutes de gloire.

http://www.oxfam.org.uk/get_involved/billboard/index.html

Bien qu’il soit devenu à la portée de tous d’obtenir un moment de célébrité avec un vidéo ou une image sur le web, l’obtenir sur la place publique d’une des plus grandes villes du monde reste un défi moins accessible. Donner cette possibilité à des designers, producteurs, écrivains ou à monsieur et madame tout le monde est selon moi une bonne recette vers une campagne viral vouée au succès.

On pourrait facilement voir même type de campagne sur MétroVision.